Klet and Co

“Que l’on veuille imaginer une petite collection illustrée sans malice.
Et s’en servir. Ces cartes conviennent à tous : à nos ennemis,
à nos amis. On le sait, il n’y a plus d’indifférents.” 

Paul Nougé


A l’origine de ce projet d’édition, une certaine conviction : de part et d’autre de la frontière linguistique, la Belgique regorge d’artistes de (tout) poil et de (toute) plume, iconoclastes, subversifs et joyeux, dont tous ceux-là qui mêlent savamment les mots et les images, perpétuant une tradition implantée de longue date dans le sol meuble des territoires d’outre-langue. Mais peu ou mal connues du public, ces œuvres ne sont souvent fréquentées que par un cercle restreint d’initiés – amateurs de curiosa et de publications confidentielles dont la Belgique s’est faite une spécialité. L’intention originelle du projet était donc de faire exister un peu plus, voire un peu mieux ce pays d’irréguliers dont on entend si souvent dire, comme une plainte en sourdine, qu’il ne sait pas se vendre. En choisissant comme support électif la carte postale, klet & ko s’est donc proposé de sortir de la confidence toute une série de productions artistiques rafraîchissantes pour l’œil, sinon pour l’esprit. Car, contrairement au livre, la carte postale n’est pas un objet fermé : aguicheuse, toujours au balcon, douée d’une efficacité poétique immédiate, elle s’offre sans voile au regard de tous, qu’elle aime titiller du haut d’un tourniquet. Enfin et surtout, cet ancestral bristol de format rectangulaire a vocation à circuler : trait d’union entre les êtres, la carte postale a la généreuse prétention d’annuler la distance qu’elle matérialise – un exercice dans lequel elle ne manque pas d’adresse(s). Tel est, rapidement mis en pot, le terreau où a germé ce désir d'édition. C’est ainsi qu’en 2006, une première collection, à cheval sur la lettre et l’image, voit le jour avec la complicité des éditions Yellow Now : 24 cartes à jouer, envoyer ou abattre proposent un choix d’œuvres de Daniel Arnaut, François de Coninck, Dries Meddens et Laurent d’Ursel. En 2007, à l’occasion de l’inauguration du BOZAR SHOP, une nouvelle collection est créée, qui ouvre largement ses portes à l’art contemporain, de Belgique ou d’ailleurs – pourvu qu’y souffle cet esprit subversif, grave ou léger, mais jamais sérieux, qui présidait à la première collection. Au gré des rencontres et des coups de cœur, d’autres projets se développent, qui continuent de faire circuler l’esprit « klet » : joyeux, léger, mordant, imprévisible et tonique. Pour que danse la correspondance – si tant est qu’on ne pense bien qu’en dansant. 

François de Coninck, fondateur, mai 2009